Le cabinet médical vous accueille dans des locaux sécurisés : un filtrage est mis en place à l'entrée de la clinique, vous devez avoir répondu au SMS de Doctolib sur l'absence de signes COVID, vous devez être équipé(e) d'un masque, la distanciation sociale est mise en place en salle d'attente, du gel hydroalcolique est à votre disposition. Les accompagnants ne sont pas acceptés sauf cas particulier (enfant, personne non autonome).
Cette organisation a des conséquences sur l'accueil des patients avec une augmentation des délais de prise de rendez-vous.

  • Complications potentielles de la reconstruction mammaire par prothèse

Complications potentielles de la reconstruction mammaire par prothèse

Le docteur Lionel Foucras, chirurgien esthétique à Toulouse (Haute-Garonne) vous informe sur les complications potentielles de la reconstruction mammaire par implant.

Certaines complications relèvent du fait de l'anesthésie, d'autres du fait de l'opération même.

Concernant l'anesthésie : la patiente est informée des risques lors de la consultation pré-opératoire avec le médecin anesthésiste. Il faut garder à l'esprit que ces deux dernières décennies, les produits, les techniques et les procédés utilisés en anesthésie ont vraiment progressé. Aujourd'hui, la sécurité est très satisfaisante.

Concernant la chirurgie même : les risques restent faibles mais pas nuls. Même si elles sont rares, voici les complications, liées à l'opération même ou aux implants, susceptibles de survenir :

Complications liées a l'operation même

Hématome

Complication prématurée, survenant parfois dès les premières heures. Du sang peut s'accumuler autour de l'implant. Le retour au bloc opératoire permettra d'écouler le sang et de traiter la cause.

Ecoulement aqueux

Du liquide lymphatique s'amasse souvent autour de l'implant, fréquemment accompagné d'un gros œdème, ce qui augmente momentanément le volume de la poitrine. Il s'atténue spontanément petit à petit le plus souvent. Rarement, il est nécessaire de retourner au bloc opératoire.

Infection

Bien qu'exceptionnelle, elle nécessite parfois un retour un bloc opératoire pour être nettoyée et pour retirer l'implant, associée à une prise d'antibiotiques. Il faut attendre plusieurs mois avant de pouvoir remettre un nouvel implant.

Nécrose de la peau

Un manque d'oxygène dans les tissus dus à une irrigation insuffisante de sang au niveau local est à l'origine de ce phénomène. Une tension trop forte, une infection, un fort tabagisme ou un hématome sont autant de facteurs augmentant le risque. Bien que rarissime, elle peut être très grave car elle peut, entre autres, entraîner une rupture des points et laisser apparaître l'implant. Il est fréquemment nécessaire de retourner au bloc opératoire et parfois même d'ôter la prothèse pendant quelque temps.

Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie. Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire.

Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.

Cicatrisations anormales

La phase de cicatrisation dure classiquement une année, à l’issue de laquelle les cicatrices sont le plus souvent très discrètes. Quelquefois, l'aspect des cicatrices peut diverger de ce qui était espéré : elles peuvent être adhérentes, rétractiles, dilatées, trop ou pas assez pigmentées, boursouflées, parfois même chéloïdes (cas exceptionnel).

Perte partielle de la sensibilité

Même si elles sont fréquentes les premiers mois qui suivent l'intervention, elles s'atténuent progressivement avec le temps.

Epanchement d'air dans les poumons

Cas isolé, un pneumothorax nécessite des soins particuliers.

Risques propres aux prothèses

Apparition de plis

L'enveloppe des prothèses, très souple, se plisse parfois au point de le sentir au toucher, ou même de le voir sous la peau, donnant l'impression de vagues, selon la position adoptée par la patiente. Ce type de problème se voit plus fréquemment avec des prothèses en sérum.

Durcissement de la capsule périprothétique

L'organisme humain réagit spontanément lors de l'introduction d'un corps étranger : il fabrique une enveloppe hermétique autour de la prothèse, appelée capsule périprothétique, pour l'isoler des tissus situés alentour. Cette membrane, habituellement fine, élastique et discrète, peut devenir fibreuse, s’épaissir et comprimer l'implant, on parle alors de coque. Cette réaction peut s'amplifier de manière plus ou moins importante, entraînant alors soit un durcissement de la poitrine, soit une compression gênante, soit une altération visible de la forme de la prothèse accompagnée d'une globulisation de cette dernière, pouvant aller à l'extrême : la constitution d'une boule rigide.

Une coque peut survenir à la suite d'une infection ou d'un hématome, mais étant le fruit d'une réaction physiologique aléatoire, elle reste imprévisible dans la plupart des cas. Elle est favorisée par la radiothérapie.
Au cours des dernières années, les procédés chirurgicaux, et surtout, la fabrication et les composants des prothèses ont beaucoup progressé, diminuant considérablement la survenue de coques et leur importance.
L'apparition de coques peut être corrigée par une nouvelle intervention dite capsulotomie (section de la capsule) ou capsulectomie (ablation de la coque).

Rupture prothétique

Au fil du temps, l’enveloppe prothétique peut perdre de son étanchéité, ce qui se peut se traduire de plusieurs façons : perte légère de perméabilité (aspect spongieux), microfissures, déchirures ponctiformes, ou encore vrais trous. L'usure graduelle de la paroi est la cause principale d'une rupture, même si parfois un choc violent ou une piqûre malencontreuse peuvent aussi en être la source.

Quel que soit le type de rupture, le produit de remplissage de l'implant peut fuir, entraînant différentes conséquences selon le type de contenu :
l'hydrogel et le sérum physiologique étant résorbables, la prothèse se dégonfle partiellement ou complètement, lentement ou rapidement ;
le gel de silicone étant non résorbable, il est maintenu à l'intérieur de l'enveloppe qui isole l'implant.

Dans ce cas, une coque est plus susceptible d'apparaître, mais cela peut aussi rester imperceptible et sans suite.

Certains cas ont révélé une infiltration progressive du produit dans les tissus alentour. Toutefois, cela est désormais très rare grâce à l'amélioration des gels (consistance cohésive).

Suite à une rupture des implants, il est en général nécessaire de les changer.

Mauvais positionnement

Une nouvelle intervention est parfois nécessaire lorsqu'une malposition ou un glissement des implants a lieu, l'aspect des seins étant alors modifié.

Pivotement

L'aspect esthétique peut être contrarié par une rotation des implants anatomiques. Ce phénomène est rare.

Attentes partiellement satisfaites de reconstruction mammaire par prothèse

La parfaite symétrie entre deux seins est très difficile à obtenir.
Une asymétrie peut exister, à différents niveaux :

  • le volume : le bas des seins différera toujours un peu. Ce défaut sera amplifié par une variation pondérale
  • l'aspect : les seins peuvent s'étendre différemment lorsque la patiente est allongée
  • la hauteur : l'asymétrie sera amplifiée par la survenue naturelle de la ptose pour l'autre sein
  • et le toucher : l'implant est parfois perceptible, la peau et le muscle sus-jacent étant très minces.

Les cicatrices seront surveillées attentivement. Il arrive qu'elles deviennent rosées et soient légèrement boursouflées les premiers mois après l'opération. En principe, avec le temps, elles s'atténuent jusqu'à devenir le plus souvent très discrètes.

À terme, il est parfois nécessaire d'appliquer un traitement particulier à certaines cicatrices restées inesthétiques (aspect élargi, adhérent, rétracté, épaissi ou hyper-pigmenté).

Il est important de souligner que les cicatrices relèvent de la capacité des patientes à cicatriser, même si les sutures sont réalisées par le chirurgien.

Civilité

Les messages se sont pas lus en temps réel et aucun renseignement de nature médicale ne sera donné par email. De plus, l'adresse contact n'étant pas une adresse sécurisée, votre message et vos informations pourraient être lus par un tiers.
Pour la prise de rendez-vous merci de contacter le 05 67 77 51 36
Actualités
  • Implants mammaires de marque MOTIVA
    Depuis près d’un an, le Docteur Foucras utilise des prothèses mammaires de marque MOTIVA. Il s’agit d’implants de dernière génération qui présentent de nombreux avantages en matière de sécurité, de résultat…
  • Affiche du congrès national chirurgie esthétique SOFCPR 2019 à Paris
    Congrès 2019 SOFCPRE de chirurgie esthétique à Paris
    Le Docteur Foucras a participé au congrès national de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique qui s’est tenu à Paris du 21 au 23 novembre 2019.
  • Logo de la Clinique Rive Gauche à Toulouse
    Association avec le Dr Marion ARTHOZOUL
    Le docteur Foucras s'associe avec le Dr Arthozoul au sein de la clinique Rive-Gauche de Toulouse. Le Docteur ARTHOZOUL reprendra le même type d’activité que le Docteur FOUCRAS (chirurgie mammaire, chirurgie esthétique,…
  • Le Body-Jet® : un concept de liposuccion innovant basé sur…
    La liposuccion assistée par jet d’eau, à la base du fonctionnement du Body-Jet® est une technique alternative à la liposuccion par tumescence classique.
Prendre rendez-vous
Prendre rendez-vous en ligne
Contactez-nous par téléphone
Contactez-nous au 05 67 77 51 36
Donnez votre avis sur Google
Donnez votre avis
Plan d'accès
Plan d'accès